Le week-end où...

Mis à jour : mars 29


C'est aujourd'hui que devait se tenir le mariage de plusieurs couples, partout en France et certainement ailleurs... Nous pensons si fort à ces couples, à ces familles. Une belle fête était prévue, depuis des mois maintenant et elle devait avoir lieu à La Colonie de Trézien, pour cette occasion si belle.

Ce week-end, c'était le mariage de C&A, c'était le week-end du printemps. Au lieu de ça, cette date marque le début d'une longue série de report de mariages et autres réceptions, à La Colonie de Trézien. Nous étions complets jusqu'à mi-novembre. C'est un déchirement pour ces couples et ces familles qui préparent et rêvent ce moment unique depuis des mois, des années... C'est un déchirement pour nous aussi, soyons honnête. Je ne vous parle pas souvent de moi mais pour une fois, je vais le faire. Ce métier que j'exerce avec passion n'est pas sans investissements personnels. Je ne suis pas là "juste pour donner les clés" à l'arrivée de mes clients et à les récupérer à leur départ. "Client", j'ai même du mal avec ce mot qui ne me semble même pas adapté avec la façon dont je considère "mes mariés" car oui c'est plus ça, "mes mariés".

Je suis parfois la première à être appelée ou la première à être au courant après la fameuse demande. Un mariage, un anniversaire ou tout autre rassemblement familial se prépare pendant des mois voire des années. Que ce soit pour une fête ou un anniversaire, j'appelle même ces futurs locataires par leur prénom, on est amené à être en contact pendant si longtemps. Je me fais un point d'honneur à répondre rapidement au moindre mail, appel ou SMS. Je veux que "mes clients" se sentent ici comme chez eux, au moment venu de leur donner les clés. Je veux qu'ils soient heureux et fiers d'y accueillir les gens qu'ils aiment. Je veux que les souvenirs passés ici soient inoubliables. Je veux le meilleur pour ces couples ou ces gens qui passeront un petit bout de leur vie dans cet endroit que nous chérissons tant et qui est presque comme un troisième enfant tant nous lui consacrons du temps. Alors je fais tout pour, à mon niveau. L'amour, les joies, les rires, les larmes de bonheur, les émotions fortes, les retrouvai l'es, les découvertes, les rencontres sont tout ce qui compte. Et que d'émotions de recevoir ces petites cartes, ces petits SMS, ces petits messages, ces petits bonheurs, quelque temps après les réceptions. Bref, ça n'est pas simple de recevoir tous ces appels de gens qui ont peur que leurs projets n'aboutissent pas et qui ont peur tout court, d'ailleurs... Je fais mon possible, tous les jours, pour trouver des solutions, rassurer mais rester objective car nous n'avons pas plus d'informations que vous et nous nous sentons impuissant, comme vous. Je deviens la magicienne des plans B et des reports. Nous supprimons nos quelques jours de vacances en 2020 et en 2021.

Pour le moment, aucune annulation et ça sonne comme une victoire : l'amour est le plus fort et les projets sont l'essentiel pour ces jours d'après. Et en même temps, je pense à ma vie d'avant, je pense à mes collègues, à leurs familles, j'ai peur pour eux, pour vous, pour nous. Car oui, j'étais infirmière. Alors je fais ce qu'on me demande, on fait ce qu'on nous demande. On reste à la maison pour simplifier le travail de ceux qui prennent soin de nos vies à tous et de ceux qui travaillent pour que nous puissions encore manger et avoir du confort dans ce confinement. Cette situation est inédite dans ce monde où on croit que tout va vite et où tout est possible. Notre confinement dure depuis 7 jours déjà ou n'a commencé que depuis 7 jours.

Peu importe finalement : nous sommes confinés. Notre vie ressemble à une course folle, depuis 3 ans maintenant. Et tout à coup, c'est comme si on avait appuyé sur le bouton "pause".

Depuis une semaine, on apprend à se retrouver, tous les quatre. On prend le temps. On regarde les enfants qui ont grandi.

On rattrape peut-être un peu de ce temps perdu auprès d'eux. On les protège. On les chérit. On en profite. On se recentre sur l'essentiel. On se met dans une bulle. On appelle les gens qu'on aime. On se divertit comme on peut. On propose notre aide. On s'évade dans nos têtes.

On s'aime, tout simplement et on est en bonne santé, on a cette chance et c'est bien là l'essentiel.

Voilà à quoi ressemble la vie aujourd'hui, à mi-chemin entre la peur et l'espoir. Il y aura un après, on y croit ☀️

  • Black Facebook Icon
  • Black Instagram Icon

La Colonie de Trézien I 985 Route de la Colonie I Trézien I 29810 Plouarzel